barbara geraci

LA COLERE DE LUDD

ACQUISITIONS RECENTES DU MUSEE

Curatrice : Dorothée Duvivier

Exposition collective, BPS22, 19.09.2020-03.01.2021

Vernissage le vendredi 18 septembre - 19h00

BPS22

SAVOIR FAIRE

Curateurs : Pierre Arese et Laurent Courtens

Exposition collective, l'ISELP, automne 2021

l'iselp
“Prélèvement - altération ” (2016)

Photographies numériques imprimées sur papier dimensions variables, structures en métal dimensions variables, série de cinq lavis à l’acrylique sur papier encadrés, 17 x 25 cm Projet co-produit par Eté 78 et la Fédération W-B Exposition “Entre-deux La nécessité du blanc”, Eté 78, Bruxelles (BE). « Entre-deux La nécessité du blanc » ouvre un champ de recherches autour de l’image, fixe et animée, et de son déploiement spatial. L’ensemble de l’installation qui en résulte se présente comme un laboratoire qui tenterait d’épuiser toutes les possibilités de monstration d’une image. Ce projet convoque une multitude de questionnements autour de la lecture d’une image, de son interprétation et de la diversification des sens qui peuvent en découler selon chaque paramètre d’exposition choisi. Le projet présente une séquence qui se désagrège, se décline et se dissocie en de multiples facettes. Durant le processus de production, un petit nombre de photographies ont été démultipliées, reprises, elles-mêmes, en photo jusqu’à épuisement à partir de l’écran de l’ordinateur ou, plus rarement, d’une version imprimée. Par cette action, il est question de se mouvoir dans une image fixe, de répéter pour, à la fois, transformer et révéler autrement ce qui semblait avoir été vu au moment de la prise de vue. Le principe de mise en abîme scande tout le travail tout comme l’ellipse qui, par son manquement/Projet co-produit par Eté 78 et la Fédération W-B Exposition “Entre-deux La nécessité du blanc”, Eté 78, Bruxelles (BE). « Entre-deux La nécessité du blanc » ouvre un champ de recherches autour de l’image, fixe et animée, et de son déploiement spatial. L’ensemble de l’installation qui en résulte se présente comme un laboratoire qui tenterait d’épuiser toutes les possibilités de monstration d’une image. Ce projet convoque une multitude de questionnements autour de la lecture d’une image, de son interprétation et de la diversification des sens qui peuvent en découler selon chaque paramètre d’exposition choisi. Le projet présente une séquence qui se désagrège, se décline et se dissocie en de multiples facettes. Durant le processus de production, un petit nombre de photographies ont été démultipliées, reprises, elles-mêmes, en photo jusqu’à épuisement à partir de l’écran de l’ordinateur ou, plus rarement, d’une version imprimée. Par cette action, il est question de se mouvoir dans une image fixe, de répéter pour, à la fois, transformer et révéler autrement ce qui semblait avoir été vu au moment de la prise de vue. Le principe de mise en abîme scande tout le travail tout comme l’ellipse qui, par son manquement/ Le projet présente une séquence qui se désagrège, se décline et se dissocie en de multiples facettes. Durant le processus de production, un petit nombre de photographies ont été démultipliées, reprises, elles-mêmes, en photo jusqu’à épuisement à partir de l’écran de l’ordinateur ou, plus rarement, d’une version imprimée. Par cette action, il est question de se mouvoir dans une image fixe, de répéter pour, à la fois, transformer et révéler autrement ce qui semblait avoir été vu au moment de la prise de vue. Le principe de mise en abîme scande tout le travail tout comme l’ellipse qui, par son manquement/Projet co-produit par Eté 78 et la Fédération W-B Exposition “Entre-deux La nécessité du blanc”, Eté 78, Bruxelles (BE). « Entre-deux La nécessité du blanc » ouvre un champ de recherches autour de l’image, fixe et animée, et de son déploiement spatial. L’ensemble de l’installation qui en résulte se présente comme un laboratoire qui tenterait d’épuiser toutes les possibilités de monstration d’une image. Ce projet convoque une multitude de questionnements autour de la lecture d’une image, de son interprétation et de la diversification des sens qui peuvent en découler selon chaque paramètre d’exposition choisi. Le projet présente une séquence qui se désagrège, se décline et se dissocie en de multiples facettes. Durant le processus de production, un petit nombre de photographies ont été démultipliées, reprises, elles-mêmes, en photo jusqu’à épuisement à partir de l’écran de l’ordinateur ou, plus rarement, d’une version imprimée. Par cette action, il est question de se mouvoir dans une image fixe, de répéter pour, à la fois, transformer et révéler autrement ce qui semblait avoir été vu au moment de la prise de vue. Le principe de mise en abîme scande tout le travail tout comme l’ellipse qui, par son manquement/

-vers les images

12.09.1982, Uccle
Vit et travaille à Bruxelles

Télécharger le cv complet

Expositions

2019 Centre Wallonie-Bruxelles Paris, Prix Médiatine 15#1
Manifeste pour une création actuelle

Curatrice : Sandra Amboldi
Avec Younes Baba-Ali (MA), Priscilla Beccarri (BE), Léa Belooussovitch (FR), Raffaella Crispino (IT), Julie Deutsch (FR), Camille Dufour (BE), Irina Favero Longo (FR), João Freitas (PT), Barbara Geraci (BE), Arnold Grojean (BE), Olivia Hernaïz (BE), Katherine Longly (BE), Gérard Meurant (BE), Emmanuel Van Der Auwera (BE), VOID (BE-IT)

2019 Prix Médiatine ’19 (BXL)

2018 Musée Ianchelevici (La Louvière), Nuances d’acier
Avec Claire Ducène (BE), Libert+Suárez (BE), Helga Dejaegher (BE), Camille Nicolle (FR), Marine Balthazar (BE), Stéphanie Roland (BE)

2017 Maison Folie – Espace des possibles (Mons), Prix du Hainaut

2016 Eté 78 (BXL), Entre-deux La nécessité du blanc, en duo avec Léa Mayer (FR)

2014 HANGAR 18 (BXL), Seven girls doing it
Curatrice: Charlotte Friling
Avec Eva Kornblum (BE), Olivia Hernaïz (BE), Elise Leboutte (BE), Léa Noagues (FR), Mahé Ripoll (FR) et Capucine Simonis (BE)

2013 L’iselp (BXL), désorienté(s)
Curatrice: Catherine Henkinet
Avec Dorian Gaudin (FR), Markus Schinwald (AT) et Peter Welz (DE),
Julien Bruneau et l’équipe de Phréatiques (BE), Henk Delabie (BE), Clorinde Durand (FR), Joao Freitas et Léa Belooussovitch (BE), Elise Leboutte (BE), Jérôme Thomas (FR), Emanuel Vantillard (FR) et t.r.a.n.s.i.t.s.c.a.p.e (BE)

2012 Eden (CHA), projection vidéo dans le cadre du festival international Pépites

2010 Studio L’Envers (BXL), projection vidéo dans le cadre des Nuits Atypiques
(25 ans de la Cie Mossoux-Bonté)

2010 Lille Art Fair (FR), Réseau 50° nord

2010 Prix Médiatine ’10 (BXL)

2009 BPS 22 (CHA), Prix du Hainaut

2008 Concours des arts de la Province du Brabant wallon consacré à la photographie

 

Prix & Mentions

2019 Lauréate du Prix Médiatine ’19

2010 Mention du jury, Prix Médiatine ’10

 

Publications

Clémentine Davin, Stratégies de recréation, in l'art même n°78, chronique des arts plastiques de la CFWB, 2e quadrimestre 2019, p. 28-30

Elisabeth Martin, Prix Médiatine 2019, in Mu in the City visual art magazine,2019 (url : http://mu-inthecity.com/2019/02/prix-mediatine-2019-barbara-geraci/)

Sandra Caltagirone, L’ellipse, interstice des possibles, in l’art même n°69, chronique des arts plastiques de la CFWB, 2e trimestre 2016, p. 32

Charlotte Friling, Seven girls doing it :: an art project in Brussels, in DROME magazine, 2014 (url : http:// www.dromemagazine.com/seven-girls-doing-it- an-art- project-in-brussels/)

A.-F. M., Muses, in Le Vif weekend, Belgique, 04.2014, p. 17

dés-orienté(s), in l’art même n°58, chronique des arts plastiques de la CFWB, 1er trimestre 2013, p. 23

Guy Duplat, L’art chamboule nos sens!, in La Libre Belgique, Bruxelles, 2013, p. 48

Laurent Courtens, Dieu marche entre les marmites, in catalogue de l’exposition dés-orienté(s), éditions L’iselp, 2013

Lauranne Winant, Entretien avec Barbara Geraci, in Parenthèse n°9 (Dossier Ecriture & Théâtre : réflexions), 2011, p. 24-p. 29

Benoît Dusart, Prix du Hainaut 2009, in Flux News n°51, Belgique, 1er trimestre 2010, p. 19

Claude Lorent, Attention chefs-d’œuvre!, in La Libre Belgique, Bruxelles, 2009, p. 14

 

Conférences

2019 L'iselp (BXL), Le geste et la parole. Lecture d'oeuvres avec Claire Glorieux (FR), Marianne Mispelaëre (FR), Myriam Pruvot (FR) et Anna Raimondo (IT) sur invitation de Laurent Courtens

2016 Musée Royaux des Beaux-Arts (BXL), Les Midis de la Poésie, Conversation à propos de la transversalité - écriture et...  en duo avec Benoît Peeters (FR)

2016 L’iselp (BXL),  Ellipse : à la lisière des images, conversation animée par Catherine Henkinet avec Léa Mayer et Barbara Geraci

 

Aides à la production & Collections

2018 Collection de la Province du Hainaut (série de photographies, de dessins et installation vidéo faisant partie du projet « La résurgence du geste »)

2016 Secteur des Arts Plastiques, subsides de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour l’exposition « Entre-deux La nécessité du blanc » (BXL)

2014 Secteur des Arts Plastiques, subsides de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour l’exposition « Seven girls doing it » (BXL)

 

Diplômes

2005-2007 ULB, Master en Arts du spectacle vivant

2000-2005 ARTS2 (Mons), Candidature et Licence finalité peinture

mailbarbarageraci@gmail.com
" Si l’on assigne à la création artistique de faire du neuf ou mieux, du nouveau, on attend d’abord de l’archéologie qu’elle mette au jour les vestiges d’un passé disparu et souvent oublié. (…) Mais, nonobstant cette divergence apparente, ce qui incontestablement les rapproche est que toutes deux s’adonnent à la quête de ce qui présentement fait défaut, l’une dans ce qui fut et l’autre dans ce qui sera ou pourrait être."
Luc Bachelot

Mes projets se conçoivent au contact d’objets, d’images, de fragments, témoins d’un espace-temps révolu. Un travail de révélation de la charge contenue dans ces éléments est à l’œuvre à travers toute ma pratique. Traces, vestiges et documents provoquent un déploiement de gestes et d’actes mettant à jour de nouvelles formes. Ces opérations fonctionnent dans une logique de répétition qui, avec le temps, produit des décalages et des altérations. Dessin, écriture, photographie et vidéo sont mes supports d’expression.

Ces médias sont articulés spatialement, parfois jusqu’à l’installation. La répétition et le décalage, l’original et sa copie, le pli et la coupure, le fragment et le détail, la (dis) continuité et la permutation traversent l’ensemble de ma pratique. Produire un travail de mémoire, questionner les notions de transmission et d’identité, activer le phénomène de réminiscence, mais encore relier le passé au présent pour le questionner et déclencher des « possibles à venir » composent les axes de ma recherche.